Minas Gerais, la porte d’ entrée pour le Brésil

Minas Gerais, la porte d’ entrée pour  le Brésil

Connaissez le Minas Gerais

 

La diversité et les ressources naturelles de Minas Gerais

Le toponyme «Minas» est directement lié à l’histoire et à la construction socio-économique de l’État, fondé en 1720, à partir de l’identification des métaux et des pierres précieuses lors d’expéditions officielles initiées par les Bandeirantes au XVIe siècle. La recherche s’est déroulée jusqu’à la rencontre d’ or abondant dans le lit du fleuve ,  dans la ville d’Ouro Preto, région où il y avait des vastes gisements. Le diamant a été découvert plus tard au milieu du dix-huitième siècle.

Bien que rudimentaire, l’activité minière a évolué et s’est modernisée au fil du temps, en tant que secteur économique crucial pour la projection de Minas Gerais dans le scénario national et international, compte tenu de la présence de ce type de matière première dans la fabrication des matériaux utilisés dans les secteurs de l’énergie, transports, innovation, construction, entre autres, tous indispensables dans la vie quotidienne de la vie moderne.

Hydroélectricité brésilienne

L’eau est une ressource naturelle stratégique dans le Minas Gerais ce qui oriente la gestion des bassins versants et les multiples utilisations des ressources en eau, avec des politiques de préservation des sources basées sur la Politique de l’ État des ressources  hydriques  (loi n ° 13.199 / 1999).

Dans le Cerrado de Minas Gerais, sont nés 5 des 8 principaux bassins fluviaux non amazoniens; 70% de l’eau du fleuve São Francisco, le fleuve dit de l’ intégration nationale, ainsi que 50% de l’eau de la rivière Prata .En outre, 55% de la matrice énergétique brésilienne appartiennent à l’hydroélectricité des bassins de l’État.

Il convient de mentionner l’aquifère guarani, l’une des plus grandes réserves d’eaux souterraines de la planète. pour la distribution aux habitants et l’assainissement adéquat des ressources.

Minas Gerais possède deux des principales sociétés publiques d’approvisionnement en eau, d’assainissement et de traitement des déchets solides au Brésil. La fourniture de ces services incombe principalement à la Société d’assainissement du Minas Gerais (COPASA) et aux Services d’assainissement intégrés du COPASOR pour le Nord et COPASA (COPANOR)pour  le Nord-Est du, c’ est à dire plus de 620 municipalités, parmi les 853 municipalités du Minas . Les autres villes non couvertes par COPASA et COPANOR ont leurs propres entreprises et autorités municipales pour l’assainissement de base.

Energie: une histoire menant à la durabilité

Pionnier de la construction du premier barrage hydroélectrique en Amérique du Sud (usine Marmelos à Juiz de Fora en 1889), Minas Gerais est un État important dans l’approvisionnement énergétique du pays grâce à la création de centrales électriques destinées aux  parcs industriels émergents à Belo Horizonte et la région métropolitaine de la capitale.

Actuellement, le groupe CEMIG est le principal distributeur du pays, desservant plus de 11 millions d’unités de consommation et environ 30 millions de Brésiliens. C’est également l’un des 5 plus grands producteurs et est fortement présent dans les segments du transport et du négoce d’électricité.

Sur le plan national, Minas Gerais est le troisième État à posséder la plus grande capacité de production installée, avec 14 810 MW en 2016. Devant l’État, se trouvaient São Paulo (19 531 MW) et Paraná (17 758 MW) la même année.

Cependant, cette source perd de plus en plus de pertinence dans la matrice énergétique brésilienne en raison des difficultés croissantes d’installation des centrales hydroélectriques, en raison de la hausse des coûts d’implantation. Les nouveaux développements, en général, sont situés loin des centres de consommation.

Minas Gerais est en tête du classement brésilien avec plusieurs projets de grande envergure mis en œuvre, en plus du développement important des petits projets de production décentralisée (GD).

En raison de cette croissance rapide et importante de l’énergie solaire, plusieurs nouvelles entreprises ont pénétré sur ce marché, notamment CEMIG, qui a créé en 2018 une filiale à 100% dans l’objectif de déployer, installer, exploiter, maintenir et louer des équipements de micro et mini génération distribués,la Cemig Geração Distribuida.En raison de ce scénario d’investissements croissants et d’un potentiel énorme à explorer, Minas Gerais se démarque dans le scénario brésilien en tant qu’unité fédératrice qui développe le plus la production photovoltaïque, par le biais de grands projets ou de micro et mini génération distribuées.

Le Brésil disposait de plus de 2 100 MW de capacité installée dans les centrales solaires à la fin du mois de mai 2019. Sur ce total, plus de 520 MW ont été installés à Minas Gerais, soit environ 25% du total national.

En ce qui concerne de tels investissements, le potentiel de recevoir de nouveaux investissements est pertinent, compte tenu de certains différentiels de concurrence tels que:

  • rayonnement solaire élevé dans l’état;
  • besoin croissant d’électricité;
  • la faible part de cette source dans la matrice énergétique brésilienne, à peine plus de 1%;
  • Minas Gerais est le premier État à accorder une exemption du système ICMS pour l’énergie autoproduite. Depuis 2013, l’État a pour politique d’encourager l’utilisation de l’énergie solaire (loi n ° 20 849 et décret 46 296 de la même année), qui prévoit le programme d’exploitation des énergies renouvelables et un traitement fiscal différencié aux projets de production d’énergie renouvelable.

L’évolution du gaz naturel 

La société gazière de Minas Gerais, GASMIG, a l’exclusivité pour  la distribution du gaz naturel canalisé dans le Minas, soit par concession ou pour octroi aux secteurs commercial, industriel, résidentiel et thermoélectrique, avec le gaz naturel comprimé (GNC), le gaz naturel liquéfié (GNL) et automobile (GNL). Il dessert 36 municipalités, avec un réseau d’environ 1 184 km.

Le gouverneur de l’État de Minas Gerais, Romeu Zema, a signé le décret 47 652, qui exempte les véhicules IPVA alimentés au gaz naturel, uniquement pour les véhicules achetés à partir du 23 mai 2019. Une partie de cela, le modèle Grand Siena, fabriqué par Fiat Chrysler Automobiles (FCA), sera livré aux conducteurs avec le système GNC intégré.

Pour les régions sans connexion directe au réseau de distribution GASMIG, il existe un système de pipeline virtuel (transport routier) pour la fourniture de gaz naturel liquéfié (GNL) et de gaz naturel comprimé (GNC).

Le scénario des télécommunications et des technologies de l’information dans le Minas Gerais

En raison de sa taille et de sa situation géographique, Minas Gerais occupe une position stratégique dans le développement et la mise en œuvre des technologies de l’information et télécommunications. L’État est un pionnier dans la mise en œuvre de la technologie TDMA dans les années 1990, avec l’installation sur le territoire de Minas Gerais du centre technologique de l’une des plus importantes entreprises du secteur des télécommunications au Brésil.

La technologie 4G atteint déjà 4503 municipalités où vivent 95,8% de la population brésilienne. Son expansion dans le pays se fait à la vitesse de 25,4 millions de nouvelles puces 4G pour une période de 12 mois entre 2018 et 2019. La technologie 3G s’est également consolidée au cours de cette période pour atteindre 5 413 municipalités.

Dans le Minas Gerais, le réseau 4G utilise la technologie LTE, ainsi comme a fait des avancées dans le processus de numérisation de la télévision ouverte, ce qui facilite la sortie de la bande des 700 MHz pour l’extension 4G.

L’État a utilise la technologie 4G + (LTE Advanced). En mai 2019, plus de 270 municipalités disposaient déjà de services dans la technologie de pointe LTE. Cela permet un accès Internet mobile avec des vitesses supérieures à 100 Mbps.

La technologie de l’Internet des objets (IoT) est développée dans un nombre significatif de startups. La définition des aspects juridiques liés à la fréquence est définie par l’Agence nationale des télécommunications (ANATEL).

Le décret fédéral n ° 9 854 du 25 juin 2019 établit également le Plan national pour l’internet des objets, dans le but de la  mettre en œuvre et  la  développer au Brésil, fondé sur la libre concurrence et la libre circulation des données, comme prévoit  les consignes de sécurité des informations et de protection des données personnelles.

Dans l’application des technologies de l’information, le segment compte actuellement plus de 5 000 entreprises sur le territoire de Minas Gerais, principalement dans la région métropolitaine de Belo Horizonte (RMBH).

Dans le segment de la fabrication d’équipements de télécommunications, l’État dispose aussi d’un centre industriel situé au sud, comprenant les villes de Santa Rita do Sapucaí, Itajubá et Pouso Alegre. Connue sous le nom de la Valée Électronique, cette région génère continuellement des talents et des startups dans ce domaine.

Minas Gerais compte un nombre important de sociétés dans le secteur de la télémétrie, de grandes entreprises qui développent et produisent des systèmes de suivi des véhicules et des marchandises au Brésil et  d’autres pays. Dans la technologie Backhaul, il y a encore de grandes opportunités à Minas Gerais et au Brésil.

Il est important de mentionner les pôles des technologies de l’information et des télécommunications qui génèrent des talents. Le département d’informatique de l’Université fédérale du Minas Gerais (UFMG) regroupe plusieurs domaines de recherche, dont le génie logiciel, la bioinformatique, la sécurité numérique, ainsi que des avancées dans la recherche de la télémétrie. Au sud se trouve l’Institut national des télécommunications (INATEL), qui met l’accent sur la recherche de matériel et de logiciel et possède une expérience d’incubateur d’entreprises dans le secteur. L’Université fédérale d’Itajubá (UNIFEI) mène également des recherches dans les domaines des technologies de l’information, des systèmes informatiques et de l’intelligence informatique.

Au Brésil, la législation sur les télécommunications soutient l’existence des principaux opérateurs historiques et des petits opérateurs, afin de maintenir la compétitivité nécessaire sur le marché. Il existe une convergence à grande échelle entre les technologies de l’information et les télécommunications, justifiée par des racines et des semences très actives dans l’État. De cette manière, les « mineiros »peuvent utiliser les technologies de l’information et les télécommunications, notamment pour exporter des ressources et des talents. Outre les grands opérateurs téléphoniques brésiliens, certains se distinguenten offrant une connectivité à des entreprises de divers secteurs et en investissant dans des solutions de fibre optique, telles que Algar Telecom et American Tower, responsables de l’acquisition de CEMIG Telecom, qui auparavant faisait partie du groupe  CEMIG.

Durabilité et environnement

Le Minas Gerais compte 7 zones de vie ou biomes distincts et peut-être la plus grande biodiversité parmi les États, avec au moins 123 espèces d’oiseaux endémiques.

Avec cette incroyable biodiversité, l’État a le potentiel de développer l’écotourisme communautaire dans chacun de ces biomes en tant qu’outil de réduction de la pauvreté et de protection de la nature, un élément durable supplémentaire de l’État qui deviendrait un modèle international de développement durable.

Belo Horizonte,  «la capitale du Minas Gerais», en est un exemple, récompensée pour ses actions en faveur du développement durable et de la préservation de l’environnement:

  • 1ère place dans le classement des systèmes urbains, en tant que ville de référence en matière de développement durable et d’environnement sur le territoire national (2017);
  • 1 ° dans l’environnement entre les villes du sud-est du Brésil;
  • présenté dans le classement “Villes les plus vertes d’Amérique latine”, élaboré par l’Economist Intelligence Unit, pour présenter la politique climatique et les solutions durables dans la construction;
  • Deux fois élu «Capitale nationale de l’heure de la Terre» par le WWF Cities Challenge (en partenariat avec ICLEI).

En accord avec sa richesse environnementale, l’État de Minas Gerais dispose d’un système moderne d’environnement et de ressources en eau (SISEMA), régi par la loi n ° 21 972/2016, responsable des politiques et de la gestion, ainsi que de l’environnement.

Capital humain et éducation

Minas Gerais est un pionnier de l’insertion des enfants dans l’école à l’âge de six ans, garantissant une année supplémentaire d’école primaire dans l’école publique, qui dessert également le lycée.

La qualité est également perçue par les institutions privées, certaines considérées comme les meilleures du pays, y compris les institutions internationales, qui suivent les programmes américains, italiens, espagnols et canadiens.eau.

Les Fédérations de l’Agriculture, du Commerce, de l’Industrie et des Transports gèrent des écoles et des centres de technologie pour la formation et la spécialisation d’un capital humain technique de haut niveau. Outre ces institutions importantes, il existe un vaste réseau d’écoles techniques, notamment le Centre fédéral d’éducation technologique de Minas Gerais (CEFET-MG), la Fondation pour l’éducation au travail (UTRAMIG), des instituts fédéraux dans les domaines suivants: Education, Science et Technologie de portée régionale.

Caractéristiques de l’enseignement supérieur

Pouvoir académique exceptionnel reconnu internationalement, Minas Gerais a une tradition de recherche appliquée remontant au 19ème siècle.

En raison de cette vocation académique historique, l’État compte environ 300 établissements d’enseignement supérieur, ce qui en fait l’entité fédératrice qui compte le plus grand nombre d’établissements d’enseignement supérieur publics.

La répartition de l’enseignement supérieur dans l’État sous tous ses aspects, qu’il s’agisse de la scolarisation ou de la présence institutionnelle, tant publique que privée, reste liée au développement économique des régions qui la composent. Ainsi, la partie centre-sud de Minas Gerais, qui présente les taux de croissance et de développement économiques les plus élevés, en plus de sa capacité de production en termes industriels et commerciaux, concentre la majorité des établissements d’enseignement supérieur.

En raison de cette caractéristique, certains de ces établissements d’enseignement supérieur publics, y compris des instituts et des universités, se sont développés en termes académiques, scientifiques et de recherche de manière très proche du contexte économique de la région dans laquelle ils sont concentrés. C’est-à-dire qu’il existe une bonne synergie entre le monde universitaire et l’industrie ou la chaîne de production dans ces régions.

Dans la région métropolitaine de Belo Horizonte, les établissements universitaires, publics et privés, possèdent de très vastes domaines de connaissances, mettant en avant la recherche et le développement scientifique dans les domaines des sciences de la vie, de la biotechnologie et de l’innovation. En sciences humaines, l’Université fédérale du Minas Gerais (UFMG), l’Université catholique pontificale du Minas Gerais, l’Université d’État du Minas Gerais (UEMG) et l’Université fédérale d’Ouro Preto (UFOP) sont identifiées.

La qualité des établissements d’enseignement supérieur du Minas Gerais est internationalement reconnue. Selon le classement des universités latino-américaines 2019, les institutions: UFMG, Université fédérale de Viçosa (UFV), Université fédérale de Lavras (UFLA), UFOP et Université fédérale d’Itajubá (UNIFEI) occupent les postes suivants: 8ème, 17ème, 34, 71 et 91, dans le classement des meilleures universités d’Amérique latine.

Éducation commerciale en Constante Évolution

En ce qui concerne les responsables de la formation pour le secteur public, l’École de gouvernement de la Fondation João Pinheiro (FJP) mérite d’être mentionnée, tandis que la Fondation Dom Cabral (FDC) est une institution importante. offre les meilleurs cours de troisième cycle en affaires du pays et figure depuis 14 ans parmi les 20 meilleures écoles de commerce du monde selon le journal anglais Financial Times. En 2019, il se classait au 10ème rang – deux places sur 2018 – et en était la meilleure institution en Amérique latine (classement depuis plus de dix ans) et la meilleure en termes d’infrastructures.

Dans le même ordre d’idées, SKEMA Business School, l’institution française du commerce international, a des campus aux États-Unis, en Chine et un campus 2020 en Afrique du Sud. Le premier campus brésilien a été installé dans la ville de Belo Horizonte en 2015. L’école, qui propose déjà des masters et des programmes de troisième cycle axés sur les affaires, a ouvert son premier diplôme de premier cycle au Brésil: le cours de gestion des affaires mondiales (BBA in Global Business). ), en plus d’offrir le Laboratoire d’intelligence augmentée pour contribuer à l’écosystème du développement de l’éducation et de l’innovation aux niveaux municipal, régional et national.

Le programme de maîtrise en commerce international de SKEMA Business School s’est classé au 3e rang du classement «Masters in Management 2019» publié par le magazine The Economist.

Infrastructure de santé

Le Minas Gerais compte plus de 36 000 établissements de soins de santé, dont environ 15% à Belo Horizonte – ce qui en fait l’un des 5 plus importants centres hospitaliers brésiliens.
Dans les hôpitaux publics de référence, situés pour la plupart à Belo Horizonte, il est possible de trouver des spécialités et procédures cliniques notables, avec des certifications délivrées par des agences internationales. Des partenariats public-privé, notamment le système de santé unifié (SUS), sont également proposés pour s’adresser à la population. Des patients locaux d’autres États et même d’étrangers trouvent dans la capitale du Minas Gerais des centres d’excellence pour les soins de santé.

Hôpital João XXIII, appartenant à la Fondation de l’Hôpital d’Etat du Minas Gerais (Fhemig) Il est connu au niveau national pour traiter les poly traumatisés et les cas graves d’empoisonnement et de brûlures. Vila da Serra, hôpital privé, est une référence en néonatologie et a commencé à adopter la chirurgie robotique, en partenariat avec l’Hôpital des cliniques, Université fédérale du Minas Gerais (UFMG). Pour prendre en charge des patients de complexité moyenne et élevée, Belo Horizonte dispose de l’Hôpital des cliniques de l’UFMG.
Unimed-BH, l’une des plus grandes coopératives médicales au Brésil, compte plus de 1,4 million de clients et 5 600 médecins associés. Elle compte 351 unités de soins de santé, y compris des hôpitaux, des cliniques et des laboratoires propres et agréés.

Minas Gerais a élargi sa disponibilité en traitements avec l’Integrated Cancer Hospital (HIC), réseau de santé Mater Dei – ouvert en 1980 – qui étend les services médicaux à Salvador, dans l’État de Bahia, pour la construction d’une autre unité. Pioneerering utilise un système avancé d’identification et de traitement du cancer de la prostate, soutenu par des images évaluant les changements métaboliques dans le corps.

Le Biocor Institute est un paramètre international dans le diagnostic et le traitement des maladies cardiovasculaires. En tant qu’hôpital général, il est reconnu pour ses procédures d’excellence complexes et ses soins individuels.

À l’intérieur de l’État, à Ipatinga, dans le Vale do Aço, l’hôpital Márcio Cunha (HMC) est une référence en matière de qualité dans l’est de Minas. C’est le premier hôpital du pays à avoir obtenu le titre d’agrément d’excellence accrédité en 2003. Avec des investissements de 25 millions de R $ effectués par son sponsor, la Fondation São Francisco Xavier a inauguré la première unité d’oncologie pédiatrique de la région. autres oeuvres.

société en Norvège.

Nombre de ces établissements se distinguent dans le programme de qualification des prestataires de services de santé (Qualiss) de l’Agence nationale de santé supplémentaire (ANS), qui regroupe près de 90 établissements de santé basés à Minas Gerais.

Recherche en santé publique

Dans le domaine de la recherche en santé publique, la Fondation Ezequiel Dias (Funed) mérite d’être enregistrée, institution modèle pour les études et la production de médicaments et l’analyse en laboratoire des maladies.

Cette liste comprendle groupe Santa Casa, agé de 119 ans, Santa Casa dessert 80% des municipalités du Minas Gerais et 100% du Service de santé unifié (SUS).

Compartilhe
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on telegram

Insigne

Curabitur non nulla sit amet nisl tempus convallis quis ac lectus.

Services

Head Office